Terme à rechercher
Page 22 de 87 << < 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 60 > >>

PROJECTION ACTIVE ET PASSIVE

Jung a distingué deux sortes de projections : l'une active et l'autre passive. Dans notre exemple (conte du Camarade), il s'agit d'une projection passive, c'est-à-dire d'un acte d'empathie qui sert à mettre l'objet (dans ce cas le défunt), dans une relation intime avec le sujet (le héros). Pour établir ce rapport, « le sujet détache de sa psyché un contenu (par exemple un sentiment) et le transfère à l'objet qu'il anime et attire simultanément en sa propre sphère. »

En conséquence de son sentiment de compassion, le héros gagne un compagnon aux pouvoirs magiques qui l'accompagne désormais dans son entreprise personnelle. En fin de compte, toute pitié repose sur ce type d'identité inconsciente avec les autres. Elle constitue le fondement de tout notre collectivisme conscient, et aussi de toutes nos attitudes sociales conscientes - même dans leurs formes les plus sublimes -, tout comme elle a trouvé pour nous son expression la plus élevée dans l'idéal chrétien de l'amour du prochain. Quand cette identité inconsciente est négative, elle a pour effet de nous faire estimer, naïvement et sans réflexion, que l'autre serait semblable à nous-même, et que pour lui les choses auraient exactement la même valeur que pour nous.

Nous trouvons ainsi une justification pour « le rendre meilleur » c'est-à-dire que nous lui faisons violence psychologiquement. On peut voir dans ce cas l'origine d'une projection active.

L'aspect négatif de l'identité apparaît de manière particulièrement claire dans les cas pathologiques ; dans les délires d'interprétation paranoïaques par exemple, où il semble évident que le propre contenu subjectif doit se retrouver dans l'autre personne. Ceci constitue en même temps un acte de jugement qui a pour but fondamental de séparer le sujet de l'objet. Si le jugement est considéré comme absolument valable, cela peut conduire à un isolement total du sujet car toute critique des autres sur la validité du jugement personnel est repoussée.

La projection passive, c'est-à-dire la participation intuitive inconsciente, appartient au principe psychique de l'Eros et constitue la base de toutes les relations sociales. La projection active, par contre, appartient au domaine, du Logos ; elle est liée au fait de reconnaître ou de juger par qui ou quoi nous nous distinguons des autres, inconnus en soi. Les deux principes peuvent, dans la pratique courante, déborder l'un sur l'autre. P.29

Bienvenu sur notre première application nommé Eros.
Le module Eros est une bonne solution de remplacement à nos gribouillis parfois même de couleur fluo ou rouge dans nos livres qui pourtant nous sont si chère, les rendant ainsi peux partageable.
D'expérience, reformater mes notes sous forme écrite m'est bien plus porteur que de lire et même rechercher le livre ou j'y ai souligné ce que je cherche, celui-ci bien rangé « quelque part ». D'autant qu'il existe pléthore de crayon scanner qui font cela très bien pour nous.


Cette application a été développée en Oxygene pour dot net 4.0 en tant que module de NorpaNetl sous l'excellente base de données FirebirdSQL 2.5.2 par Tetrasys


Eros  est, actuellement, en lecture seul. Dans les futurs évolutions, les utilisateurs authentifié sur adhes.net pourront y partager (s'ils le désir) eux-mêmes leur notes. En attendant, il vous est toujours possible de me faire parvenir votre matériel sous format Excel ou autre, je me ferai un plaisir de les y encoder.