Terme à rechercher
Page 25 de 87 << < 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 60 > >>

L'AUTOMATE

l'automate. . en face du soi, qui est « plus moi que moi », ne conviendrait-il pas de placer, symétriquement aussi par rapport au moi, un certain pôle de pure objectivité ? Inversement au mouvement par lequel le moi s'approfondit dans le soi ( « processus d'individuation » de Jung ) ne peut-on pas concevoir un mouvement par lequel le moi fuit devant lui-même dans l'objet, ne se voit plus lui-même que comme une chose, se désintègre, pourrait-on dire, dans la chose ? .

. un jeune homme d'une vingtaine d'années qui commençait des études techniques, mais dont la personnalité se trouvait singulièrement inhibée, en partie, semblait-il, par suite d'une éducation d'enfant unique à qui, à force de sollicitude, on se trouvait avoir interdit toute affirmation de soi. Il assurait ne rêver jamais et n'avoir jamais rêvé. ( Je pus lui dire : « Tu n'oses pas. » ) Si je lui demandais de rêver éveillé, il discutait. Si je l'engageais à écrire une composition française de son invention, il disait : « Je consulterai quelques livres et je mettrai bout à bout les pages que j'y trouverai à mon goût. » Si je l'invitais enfin à imaginer une histoire et l'y engageais en ces termes ; « Il y avait une fois. » il regardait autour de lui et répondait : « Non, il n'y avait pas. Il y a un bouquet de roses sur cette table. » La faculté d'observation était d'ailleurs développée à un degré rare, mais le refus de la subjectivité était total ; la subjectivité était même inconcevable. Notons que l'intelligence, qui, d'après les tests, aurait dû être fort bonne, se trouvait elle-même paralysée dans son rendement par cette interdiction de toute invention. Après quelques séances peu fructueuses, le jeune homme se réfugia un moment dans la tuberculose ( Faut-il suggérer que ce détour par le corps était nécessaire, dans l'impasse où ce sujet était placé par son « objectivité » pour réveiller sa personnalité ?), d'où cet enfant sage sortit au bout de quelques mois en faisant une crise de révolte violente contre ses parents : il commençait à s'affirmer.

Nous pouvons dire qu'un tel sujet était fixé au pôle de l' « objectif ». Sous une forme moins accusée, n'est-ce pas là une disposition que nous rencontrons, à divers degrés, chez les hommes P.225 dits « positifs » et que la mentalité occidentale actuelle favorise singulièrement ? . C'est l'homme qui, s'il a le malheur de vouloir devenir psychologue, sera un behavioriste forcené ; en sociologie, il considérera « comme des choses » non seulement les faits sociaux, mais les hommes mêmes et pratiquera cette « démission de la personne » . Enfin, dans la vie pratique, il tendra dangereusement au « robot ». Bernanos a montré .. comment il est dans la logique de la civilisation objective des « techniques » de transformer l'homme en « robot».

Nous pouvons saisir, en clinique psychologique, des situations où ce passage de l'objectif à l'automatique s'accuse. Une patiente, dominée par des tendances auto-destructrices qui s'expriment aussi bien chez elle par la culture intentionnelle de la maladie (tuberculose), par l'idée consciente du suicide, et par des fantaisies d'avilissement, se voit dans un rêve sous la forme d'une lampe de chevet qui peu à peu s'anime et se transforme en une femme-robot aux gestes mécaniques ; dans un rêve de la même période, apparenté au précédent, elle se voit sous les traits d'une femme décapitée, pas tout à fait morte, dont le corps tient encore à la tête par un fil ; ce qui établit une relation entre la décision désespérée de s'automatiser et la mutilation classique .. l'être décapité fait songer à ces animaux d'expérience, non point morts mais décervelés et qui continuent une existence d'automates. .. Héra, dans le Printemps Olympien de Spitteler : Lorsqu'elle a reçu le choc mutilant que lui fut la rencontre de la Mort et de son couteau, elle perd le goût de la vie et lasse de vains remèdes, ne sait plus que répéter obstinément : Ich will zum Automat. ..elle se met en route, par un paysage apocaIyptique hanté de néant, à la recherche de l'Automate.

Recueillant des souvenirs d'enfance .. j'ai rencontré des images où l'enfant est saisi par un sentiment de la répétition qu'il imagine indéfinie de certains actes : le monsieur qui tousse toujours, la dame qui pleure toujours, le cordonnier qui, dans son sous-sol, fait éternellement les mêmes souliers : ce qui d'une part a tout l'air de rejoindre un substrat mythique, celui des supplices infernaux - rocher de Sisyphe ou tonneau des Danaïdes - et ce qui, d'autre part, se trouve curieusement associé à tel souvenir explicite d'automate : une certaine sourde qui, en guise sonnette, avait chez elle des pantins qui gesticulaient dès qu'on tirait le cordon.

Aussi sommes-nous tenté de garder le terme d'automate (« Nous sommes automate autant qu'esprit. » PASCAL) pour désigner ce personnage qui hante les rêveries de l'humanité, qui s'incorpore dans l'image des divers « robots » - pain-bénit de la technique moderne - mais qui rejoint aussi des mythes millénaires : car il s'agit d'une partie de l'homme que l'homme connaît bien : celle où il démissionne (« Beaucoup d'hommes cherchent dans leur profession et dans leurs affaires non pas un moyen de parfaire leur tâche d'homme, mais un refuge contre les remous de la vie affective. Leur réussite, si grande soit-elle, garde alors quelque chose de sec et de stérile ; elle fait songer au rendement théorique d'un excellent moteur qui n'embrayerait jamais avec rien. Au milieu de ses occupations, l'homme qui a éliminé l'amour de son cour est particulièrement exposé au danger d'oublier ce qui fait la valeur d'une existence personnelle ; il risque de se transformer lui-même en machine. Dr André BERGE), où il cesse d'être homme, et où l'immuable déterminisme reprend les rênes. C'est en cette région que s'enracine le principe de répétition reconnu par Freud, tandis que le principe de plaisir est l'expression des pulsions du primitif'. Elle touche d'un coté au primitif même (au es de Freud) de l'autre à la persona de Jung (car le masque lui aussi impose des automatismes et des tics). En bref, elle participe du biologique et du social, mais se trouve aux antipodes de toute vie intérieure créatrice. Karen Horney .. traite de la « peur de la liberté », .. parIe d'un « conformisme d'automate ».

Ainsi le sujet, devenu exclusivement « objectif » nous fournit le type d'un homme positif, sceptique, à l'imagination raidie et P.227 comme calcifiée ; à la limite il tend à devenir un automate désenchanté (type 1).

Bienvenu sur notre première application nommé Eros.
Le module Eros est une bonne solution de remplacement à nos gribouillis parfois même de couleur fluo ou rouge dans nos livres qui pourtant nous sont si chère, les rendant ainsi peux partageable.
D'expérience, reformater mes notes sous forme écrite m'est bien plus porteur que de lire et même rechercher le livre ou j'y ai souligné ce que je cherche, celui-ci bien rangé « quelque part ». D'autant qu'il existe pléthore de crayon scanner qui font cela très bien pour nous.


Cette application a été développée en Oxygene pour dot net 4.0 en tant que module de NorpaNetl sous l'excellente base de données FirebirdSQL 2.5.2 par Tetrasys


Eros  est, actuellement, en lecture seul. Dans les futurs évolutions, les utilisateurs authentifié sur adhes.net pourront y partager (s'ils le désir) eux-mêmes leur notes. En attendant, il vous est toujours possible de me faire parvenir votre matériel sous format Excel ou autre, je me ferai un plaisir de les y encoder.