Terme à rechercher
Page 37 de 87 << < 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 60 > >>

Souffrance et Eros:

La torture de l'âme semble inévitable dans toute liaison étroite, et en dépit de tous nos efforts pour l' éviter et alléger les tourments...

Il semblerait que le processus même par lequel les individus entrent en relation crée la souffrance, comme si nous étions poussés par une nécessité mythique à jouer le mythe d'Eros et Psyché.

Le mythe nous dit que la psyché souffre par l'amour ; la jeune fille arrive par les tortures à l'état de femme, comme l'anima de l'homme s'éveille à la psyché à travers les tourments qui transforment également l'éros .

(Cf. la transformation de l'éros en alchimie, en particulier le cupido apprivoisé, l'aspect impulsif, par le biais de l'union au " sel " de la souffrance; voir les écrits de Jung sur le " rougissement " et le " souffre " dans « L'arbre philosophique " et dans Mysterium Coniunctionis.)

Eros est mis au supplice par le principe qui lui est propre, le feu.

Il brûle les autres ; et il brûle seul lorsqu'il est isolé de la psyché; c'est-à-dire quand pénétration et réflexion psychologiques lui font défaut.

Psyché poursuit alors ses tâches, sans espoir ni énergie, privée d'amour, inconsolable.

Leur séparation correspond à la cassure dont nous avons l'expérience: tandis que l'éros brûle, la psyché réfléchit, fait son devoir, déprimée.

Avant que le lien ne soit possible, la psyché traverse la nuit obscure de l'âme,... cette mortificatio dans laquelle elle connaît la paradoxale souffrance, grosse de potentialités, et un sentiment d'isolement coupable.

Les tourments continuent jusqu'à ce que le travail de l'âme (les tâches de Psyché) soit terminé et que la psyché puisse s'unir à un éros transformé.

Eros a besoin de régresser, semble-t-il, à un état d'inquiétude et d'agitation qui le consumme, dominé par la mère, Penia, la privation, pour comprendre qu'il a été terrassé par sa propre flêche ...il y gagne la conscience psychique.

Leur longue séparation.. et leurs tourments mutuels sont des images de l'obsession érotique jusque dans ses aspects sadomasochistes.

Pour que notre psyché s'unisse au créatif ..il nous faut prendre conscience à la fois de notre situation primordiale de perte d'amour par la trahison et la séparation, et de notre rapport faux à l'éros - assujettissement, servilité, douleur, tristesse, aspiration : tous aspects de la mania érotique.

Projetés sur l'arrière-plan oedipien, ces tourments ne peuvent être rédempteurs, puisque la pulsion mythique est plus forte que l'amour ; dans notre conte, en dépit des mêmes phénomènes de souffrance, l'amour -parce qu'il s'unit à l'âme - triomphe de la pulsion.

Il ne s'agit plus comme dans le cas d'oedipe d'une souffrance aveugle et tragique, ni de l'endurance du héros dans le ventre de la baleine.

Ici, la souffrance est en rapport avec l'initiation, avec la transformation de la structure de la conscience.

Les tourments de Psyché et d'Eros sont initiatiques ; ils nous place dans une perspective entièrement différente, non seulement par rapport au transfert et aux souffrances du processus analytique, mais par rapport au fondement névrotique de notre époque.

La névrose devient une initiation, l'analyse un rituel...

Il nous faut aussi appréhender autrement ce qui se passe dans notre vie et dans notre pratique, et voir de façon nouvelle les femmes qui abandonnent leurs enfants pour partir avec un amant ; celles qui tombent amoureuses de jeunes gens, comme les hommes qui tombent amoureux de jeunes beauté ; les souffrances insupportables des situations triangulaires ; les complications érotiques répétées qui, parce qu'elles manquent d'âme et de réflexion psychologique, aggravent encore le désespoir ; les divorces qui deviennent la voie nécessaire au développement psychique quand un mariage n'offre plus de possibilités à l'éros ; les mariages qu'il faut maintenir uniquement pour la souffrance psychique qu'ils engendrent, avant , que l'éros ne se constelle peut-être d'une nouvelle manière ; les analyses hantées par les images des anciennes amours qui deviennent ensuite des figures de rédemption ; ou le fait qu'un amour râté signifie un échec personnel ou conduise au suicide ; l' interrogation sur les pires trahisons, celles de l'amour -

Ces situations, ainsi que les intenses émotions qui les accompagnent, sont ressenties comme essentielles et revêtent, pour l'élucidation du destin de l'individu, plus de signification que son problème familial et son développement conscient sur le mode du héros.

Ces événements sont créateurs de conscience chez les hommes et les femmes ; ils nous initient à la vie en tant que mystère personnel-impersonnel

Les événements du conte dépeignent « une Odyssée de l'âme humaine » - union, séparation, souffrance et finalement, réunion de l'amour et de l'âme sous la bénédiction des pouvoirs archétypiques -, on peut les comprendre aussi dans un esprit d'encouragement.

Car quelle qu'en soit la forme, ce qui se produit est la réunion de l'éros créateur et d'une psyché qui s'éveille.

Tous ces changements et tous ces tourments font partie dirons-nous d 'une discipline psychologique du développement érotique, ou d'une discipline érotique du développement psychologique, qui vise à réaliser l'intégrité psychique et I'identité érotique. (yoga Bakthi)

Sans cette discipline pleine de dévotion, nous n'avons que les faciles accouplements de cette tête brulée d'Alcibiade, anima et sexe, qui aboutissent au pouvoir, non à l'amour.

Nous comprenons ainsi pourquoi nous rencontrons tant d' "amours

impossibles "

La flèche se plante où bon lui semble ; nous ne pouvons que suivre.

La constellation d' « impossibilité » possède autant d'importance que la conjonction... montrant à la psychée l'étendue de ses fantaisies et mettant ses capacités à l'épreuve.

Tout amour impossible impose une discipline d'intériorisation.

La fèche de l'éros nous dévoile nos blessures, nous rend conscients des lacunes de notre personnalité, de ces aspects non cicatrisés, de ces lieux de chaos.

De ces blessures s'écoule l'amour, car il s'écoule plus aisément des faiblesses .. que de la force.

Se donner comme but ou comme critère de guérison l'invulnérabilité serait se mettre à l'abri des flèches de l'éros, de son flambeau, ne plus jamais sentir sa piqûre ni son feu.

Eros forme l'âme également dans la faiblesse car il révèle à la psyché les blessures de son impuissance.

Les images de blessure dans les rêves et les fantaisies ne devraient pas toujours s'interpréter selon le modèle médical, en termes de pansement et de soin, car ces mêmes blessures peuvent être les creux d'où jaillira l'éros, fournissant une cible à ses traits.

Bienvenu sur notre première application nommé Eros.
Le module Eros est une bonne solution de remplacement à nos gribouillis parfois même de couleur fluo ou rouge dans nos livres qui pourtant nous sont si chère, les rendant ainsi peux partageable.
D'expérience, reformater mes notes sous forme écrite m'est bien plus porteur que de lire et même rechercher le livre ou j'y ai souligné ce que je cherche, celui-ci bien rangé « quelque part ». D'autant qu'il existe pléthore de crayon scanner qui font cela très bien pour nous.


Cette application a été développée en Oxygene pour dot net 4.0 en tant que module de NorpaNetl sous l'excellente base de données FirebirdSQL 2.5.2 par Tetrasys


Eros  est, actuellement, en lecture seul. Dans les futurs évolutions, les utilisateurs authentifié sur adhes.net pourront y partager (s'ils le désir) eux-mêmes leur notes. En attendant, il vous est toujours possible de me faire parvenir votre matériel sous format Excel ou autre, je me ferai un plaisir de les y encoder.