Terme à rechercher
Page 44 de 87 << < 30 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 60 > >>

MERLIN

... Merlin, le conseiller du roi Arthur et de son père ... P.23

"Penser" ne faisait pas partie de l'art chevaleresque ... La réflexion était l'affaire du clergé. Dans le cercle d'Arthur, cette fonction était exclusivement réservée à Merlin.

Par ses origines doubles - son père était un démon, sa mère, une jeune femme pieuse - il connaissait le passé et l'avenir et possédait en quelque sorte une vision prométhéenne et épiméthéenne. P.43

CHAPITRE 19 La figure de Merlin

... Les textes gallois parlent de Merlin sous le nom de Myrddhin .

... le but d'intégrer le personnage dans la légende du Graal, et d'en faire le chaînon qui relie le paganisme au christianisme. D'une manière inattendue, une signification totalement différente s'est également attachée à lui.

Avec ses dons de clairvoyance, de prophétie, et ses pouvoirs magiques, Merlin sort du cadre humain habituel et incarne - à l'image du moine qui conseille Perceval - l'archétype du Vieux Sage, c'est-à-dire l'Esprit, mais il est plus proche de la nature que l'ermite ; il est un être païen de la nature et appartient à la lignée des nixes, des nains et des elfes. En réalité, il est une figure bien plus primitive que celle d'un « fils du démon » . l'aspect « esprit de la nature » du prophète. .. personnage pour préparer les esprits à l'arrivée du Graal en Grande-Bretagne ; ce transfert .. traduit l'introduction du christianisme dans ce pays. ... Dans la mesure cependant où ce pays adhère au christianisme, la nature profonde de Merlin est mise en étroite relation avec le processus d'adoption du christianisme .

... il est probable, d'un point de vue psychologique, qu'il s'agisse de l'irruption d'une image archétypique traduisant la constellation, particulièrement intense, d'un contenu intérieur. Le personnage de Merlin .. est très étroitement lié au problème du mal et à la question du Quatrième, susceptible de rétablir la Trinité dans la totalité. . P.278

... très tôt, il apparaît que Merlin possède une vision plus large et des connaissances supérieures à celles des autres hommes. Il a bénéficié, en fait, d'un double héritage : de sa mère, pleine d'innocence, il a reçu le don de voir l'avenir, et de son père infernal, la connaissance du passé.

. Merlin révèle au roi (Vertigier) ... que sous les fondations de la tour (qu'il veut construire et qui s'écroule) stagne une grande quantité d'eau dans laquelle vivent deux dragons, l'un rouge, l'autre blanc. Oppressés par le poids des pierres, les dragons bougent, ce qui provoque l'effondrement des murs. Le roi ordonne de creuser et l'on découvre les dragons comme Merlin l'avait annoncé. Ceux-ci commencent immédiatement à se battre et le dragon blanc tue le dragon rouge. Merlin explique que le dragon rouge représente Vertigiers, le blanc, les prétendants légitimes au trône, les deux frères Pendragon et Uther, qui bientôt livreront bataille contre lui.

Uther Pendragon .. demande à Merlin d'être son conseiller permanent. Celui-ci accepte cet honneur à la condition de pouvoir s'absenter de temps en temps sans que le roi lui pose la moindre question. Ce trait place Merlin dans la lignée des figures bien connues de Mélusines, d'ondines, de demoiselles et de chevaliers au cygne, qui cachent, sous leur apparence mi-humaine, le mystère des êtres de la nature. Merlin prend désormais fait et cause pour le roi, lit dans le cour de chacun, connaît les événements futurs et sait comment les aborder. ...

Merlin se tient comme une mystérieuse autorité spirituelle à l'arrière-plan de la Table Ronde du roi Arthur. Dans un premier temps, son apparence double, ou multiple, et ses traits espiègles et bouffons lui confèrent une allure méphistophélique, mais sa connaissance du passé et du futur traduit un degré de conscience plus élevé que celui d'Arthur ou des chevaliers qui sont, il est vrai, remarquablement inconscients ou irréfléchis. Grâce à cette conscience plus large, Merlin, à l'image du Graal, apparaît comme une conscience projetée, car il dévoile les fautes et les méfaits des hommes. En tant que prophète de l'enfer, envoyé dans le monde par le démon, il porte en même temps la marque de l'Antichrist. Il cristallise également sur lui le thème, évoqué à plusieurs reprises, de Judas, sans toutefois que la trahison soit consommée ; le pouvoir du bien s'est avéré plus fort que celui du mal, et grâce à la pureté de sa mère, l'hérédité démoniaque n'a pu se manifester. Celle-ci se révèle, avant tout, à travers ses pouvoirs magiques et par la jubilation que lui procurent les facéties et les tours qu'il joue à autrui. Aucun de ces traits n'a de caractère destructeur, sauf dans l'épisode d'Ygerne (et de Gwendoline) En sa qualité d'Antichrist, Merlin transforme la Trinité en une quaternité. Il appartient aux propriétés essentielles du nombre quatre, considéré en tant que symbole psychique, de ne pas suivre le trois comme une unité supplémentaire, car, selon l'aphorisme de Marie la Prophétesse, « . du trois naît l'un comme quatrième. » Cela signifie que par le quatre on pénètre une nouvelle dimension dans laquelle l'un originel, la totalité, se manifeste d'une manière nouvelle à travers l'intégration du trois dans l'unité. Aussi, Merlin n'est-il pas simplement l'Antichrist qui s'ajoute comme quatrième à la Trinité, mais une incarnation du Dieu-Père primordial, dans lequel se manifestent le Père, le Fils et le Saint-Esprit. La dimension nouvelle qui est atteinte concerne l'essence de l'homme et de la nature, car elle traduit une réalisation de la divinité qui s'est enracinée plus profondément dans notre monde. P.283

CHAPITRE 20 Merlin, medicine-man et prophète

. l'affrontement de deux dragons - l'un rouge, l'autre blanc - est à l'origine de l'écroulement de la tour du roi Vertigiers. D'un point de vue psychologique, Merlin est celui qui appelle l'attention sur le problème des opposés, dont les hommes de cette époque n'avaient sans doute pas conscience, mais par lequel ils se sentaient minés.

Le dragon rouge et le dragon blanc occupent une place de choix dans le symbolisme alchimique ; ils traduisent le problème des opposés au sein de l'âme. Bernard de Trévisan, l'alchimiste italien du XVe siècle, illustre cette opposition par la parabole suivante : il pénètre dans un verger, le lieu de la transformation « chymique », et découvre un château ; « deux dragons y vivaient ; l'un était rouge, le cadavre lourd, l'autre blanc, sans aile. Ils se rencontrèrent et s'embrassèrent dans la chaleur du soleil, tel qu'il est en Ariès. Ils jouèrent ensemble jusqu'à ce que les dragons accolés s'évanouissent et se transformassent tous deux en corbeaux noirs. Les corbeaux s'humectèrent alors l'un l'autre jusqu'à ce qu'ils devinssent blancs ; jusqu'à ce que le soleil entre à Léo, c'est-à-dire jusqu'à ce que le corbeau qui était devenu blanc fût devenu rouge dans le second, en tant que sang, dans la chaleur, et se transformât par cette ouvre en conjonction. »

Lorsque les opposés prennent la forme de dragons, il est indiqué que la coupure est profondément constellée dans le monde des instincts et qu'aucune relation n'a encore été établie avec lui.

D'après la tradition alchimique, ces opposés doivent être unis ; le rouge et le blanc sont en effet les couleurs du fiancé et de sa promise qui s'unissent dans le « mariage chymique ». Il existe donc une séparation là, où, par nature, l'union doit régner. Merlin : celui qui appelle l'attention des hommes sur cette situation anormale et son intervention vise à favoriser le passage à la conscience du problème des opposés ; il est, de ce fait, « celui qui apporte la lumière » à l'homme. . cependant, Merlin s'était retiré dans la forêt, loin des hommes, car il était devenu fou de douleur lorsque au cours d'un affrontement entre les Écossais et les Bretons. (Merlin était breton) trois frères du chef des Bretons .. furent tués. Il menait la vie d'une bête sauvage et lorsque, par hasard, les émissaires de sa sour Ganiéda le trouvèrent, ils durent le calmer avec des chansons et des airs de lyre .

Il est remarquable que Merlin révèle le conflit inconscient symbolisé par les deux dragons, mais qu'il ne soit pas en mesure de supporter la guerre absurde qui oppose les hommes ; ces deux thèmes sont étroitement liés. L'inconscience vis-à-vis du problème des opposées conduit à la guerre et interdit le mariage royal du blanc et du rouge. Merlin, qui a sans doute conscience de la situation désespère de la stupidité des hommes, incapables, quant à eux, de la comprendre.

Plus tard, par sa vie dans la forêt .. - vie consacrée à l'observation des étoiles et à la prophétie- il semble être devenu proche des druides et des bardes celtiques. Bien plus, il appartient à la catégorie des medicine-men et des prêtres. Le chaman, le medicine-man, et la figure parallèle du druide celtique personnifient en quelque sorte l'homme religieux qui, dans la solitude et l'indépendance totale, établit un contact direct et personnel avec l'inconscient collectif et tente de vivre selon les indications qu'il reçoit de son esprit protecteur, c'est-à-dire de son inconscient. II devient ainsi une source de vie spirituelle pour son entourage. ... Sa folie peut donc être considérée comme une initiation grâce à laquelle il établit un contact plus intime avec les forces de l'autre monde. Après sa guérison, à l'image de nombreux chamans, il vit retiré dans une forêt et se consacre au service de la

divinité. On a trouvé des parallèles à la vie de Merlin chez les peuples primitifs ainsi que dans les traditions judéo-chrétiennes et islamiques ; la forme légendaire de la vie du prophète Elie présente, par exemple, de nombreux points communs avec celle de Merlin. . P.287

.

Dans la légende, Élie apparaît comme une personnalité prophétique et religieuse ; il présente des traits espiègles, parfois démoniaques, qui caractérisent souvent le medicine-man païen et que l'on retrouve chez Merlin. Élie est amené à tuer un autre homme, il se métamorphose en hétaïre pour sauver un rabbi plein de piété, et joue des tours aux hommes en se promenant sur terre avec Chadir, sous des apparences changeantes. De ce point de vue, il personnifie l'archétype de trickster, dont la fonction, entre autres, est de compenser les dispositions à la rigidité de la conscience collective, et de laisser ouvert l'accès à la profondeur irrationnelle,- au royaume des instincts et des archétypes. Toutefois, le prophète Élie n'est pas seulement un exemple de personnalité individuée, il est aussi, comme Jung le montre, et comme son nom l'indique, une image humaine de Yahvé, c'est-à-dire de Dieu. Dans la légende, il est identifié au Métatron, la figure connue sous le nom de « petit Yahvé » dans la Pistis Sophia. Aussi, son image représente-t-elle un aspect de la plus haute divinité, dans la mesure où le processus d'individuation- si on le considère de l'« autre » côté, à savoir du point de vue archétypique- décrit un processus d'incarnation de la divinité. Plus tard, Enoch, Élie et Jean-Baptiste furent mis sur le même plan que le Métatron. . Ils représentent l' « homme total » et l'Ancien des Jours. Jean-Baptiste, à l'image d'Élie, est extraordinairement hirsute, comme si sa nature animale était encore très proche. Merlin se distingue lui aussi par une étonnante pilosité. . Cette proximité de la nature s'exprime également à travers ses nombreux séjours dans la forêt par le fait qu'il est le pâtre d'un troupeau d'animaux sauvages. . Geoffroy n'hésite as à le comparer à Orphée.

Il vit dans son observatoire, au milieu de la forêt, avec trois fidèles compagnons (une quaternité) : son élève, le barde Thelgessin ou Taliésin, sa sour Ganiéda, et un ancien malade mental guéri par l'eau de la fontaine qui jaillit près de sa maison.

Le rire de Merlin est tout particulièrement célèbre ; il repose sur sa grande connaissance des relations invisibles. Il rit, par exemple, lorsqu'il voit un pauvre homme déguenillé assis sur le sol, ou lorsqu'un jeune homme achète une paire de chaussures. Merlin sait en effet qu'un trésor est caché sous le vieil homme et que le jeune homme est appelé à mourir le lendemain. La solitude de Merlin est compréhensible : sa connaissance, qui lui permet d'entrevoir les processus inconscients, l'isole des hommes ordinaires auxquels ses réactions apparaissent sans doute extravagantes. Pour cette raison, il choisit de rester dans la forêt. Il vit volontairement dans le dénuement, renonce à l'amour, et rejette les brillantes propositions qui le feraient revenir dans le monde. ... Calidon, la forêt de chênes où il demeure, évoque Wotan. Dans ce bois, il est entièrement au service de Dieu, et il adresse ces paroles significatives au malade mental qu'il a guéri : « Maintenant tu auras à poursuivre, en tâtonnant, ta confrontation avec Dieu, qui te rendit à toi-même, et désormais tu resteras à mes côtés afin de racheter, dans l'obéissance retrouvée à Dieu, les jours que la folie te P.289 ravit. » .

Le facteur décisif dans la vie sylvestre de Merlin semble avoir été un absolu don de soi ou religio, c'est-à-dire sa soumission attentive à la divinité dont il incarnait une part du savoir et du mystère. Pour cette raison, la vivante réalité de l'inconscient était en mesure de se manifester à travers lui. Tout se passe comme si cette partie de l'inconscient .. craignait l'emprise de la conscience et ne se manifestait que dans les cas où l'homme renonce à la supériorité de sa conscience, à l'adaptation sociale et à sa volonté personnelle, pour donner vie à cette composante à la fois plus archaïque et plus prospective de son être. A cette condition, celle-ci le gratifie de prémonitions qui dépassent très largement le présent . Merlin est ainsi devenu une image légendaire de l'homme total, l'homo quadratus ou homo altus de l'alchimie, au sein duquel l'homme ordinaire s'est uni à la totalité qui le transcende. Sa renonciation à des jugements basés sur une conscience unilatérale, confiante en ses moyens et en sa volonté propre le fait parfois apparaître comme le jocosus, le fou qui connaît sans cesse d'étranges aventures, telle sa chute dans l'eau après la vengeance. Ces étranges maladresses évoquent le commentaire que Jung fait à propos du trickster archétypique : « Le trickster est un être primitif « cosmique » de nature divine et animale ; il est, d'une part, supérieur à l'homme par ses qualités surhumaines, et, d'autre part, il lui est inférieur par sa déraison et son inconscience. De même, il ne peut se mesurer à l'animal, car il est extraordinairement maladroit et la sphère instinctuelle lui fait défaut. Ces carences soulignent sa nature humaine ; c'est pourquoi son adaptation à l'environnement est moins bonne que celle de l'animal ; en revanche, il possède la virtualité d'un plus grand développement de la conscience, c'est-à-dire une avidité de connaissances bien plus importante, ce que le mythe souligne à juste titre. » Pour cette raison, l'archétype du trickster apparaît toujours comme une figure capable d'apporter la guérison lorsque la conscience collective court le danger de se figer dans une attitude unilatérale. Sans cesse il permet l'accès aux couches profondes, animales et divines de la psyché ; Merlin remplit apparemment cette fonction dans la culture médiévale.

... Par son étrange vie dans son observatoire au milieu de la forêt, Merlin s'est, en quelque sorte, fondu dans l'unus mundus en union avec l'origine de la vie cosmique et psychique. Cette unité transparaît le plus clairement à travers les phénomènes synchronistiques auxquels appartiennent sans doute les coïncidences astrologiques. En les observant, notre compréhension entre parfois brièvement en contact avec le « savoir absolu » de l'inconscient ; les prémonitions qui dépassent toute réflexion consciente et anticipent l'évolution future de l'homme jaillissent alors - ce qui constitue l'essence même de la prophétie. P.291

CHAPITRE 21 Merlin et le Mercure alchimique

Bienvenu sur notre première application nommé Eros.
Le module Eros est une bonne solution de remplacement à nos gribouillis parfois même de couleur fluo ou rouge dans nos livres qui pourtant nous sont si chère, les rendant ainsi peux partageable.
D'expérience, reformater mes notes sous forme écrite m'est bien plus porteur que de lire et même rechercher le livre ou j'y ai souligné ce que je cherche, celui-ci bien rangé « quelque part ». D'autant qu'il existe pléthore de crayon scanner qui font cela très bien pour nous.


Cette application a été développée en Oxygene pour dot net 4.0 en tant que module de NorpaNetl sous l'excellente base de données FirebirdSQL 2.5.2 par Tetrasys


Eros  est, actuellement, en lecture seul. Dans les futurs évolutions, les utilisateurs authentifié sur adhes.net pourront y partager (s'ils le désir) eux-mêmes leur notes. En attendant, il vous est toujours possible de me faire parvenir votre matériel sous format Excel ou autre, je me ferai un plaisir de les y encoder.