Terme à rechercher
Page 5 de 87 << < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 30 60 > >>

RESTRICTION DES INSTINCTS ET HEREDITE

admettre que le principe spirituel (quel qu'il puisse être) s'impose avec une force inconcevable en face du simple principe naturel. On peut, certes, dire P.77 que cela aussi est « naturel » et que tous deux proviennent d'une seule et même nature. Je ne prétends pas du tout mettre en doute cette origine ; mais je dois faire remarquer que cette chose « naturelle » est faite du conflit de deux principes auxquels on peut, selon son goût, donner tel ou tel nom et que ce contraste est l'expression, et peut-être aussi le fondement, a cette tension que nous appelons énergie psychique.

Pour des raisons théoriques, il faut admettre qu'il doit avoir aussi chez l'enfant une tension analogue des contraires, car sans elle aucune énergie ne serait possible ; comme le disait déjà Héraclite : La guerre est génératrice de toutes choses. . ce conflit peut être considéré comme l'opposition entre le caractère naturel encore profondément primitif de l'homme qui vient de naître et la masse hautement différenciée dont il hérite. L'être naturel est caractérisé par une instinctivité que rien n'a encore abattue, c'est-à-dire par un total abandon aux instincts. La masse héritée qui échappe à cette emprise se compose des précipitations mnémiques de toutes les expériences de la suite des ancêtres. On se montre souvent sceptique à l'endroit de cette hypothèse parce que l'on pense qu'il s'agit de « représentations héritées ». Il n'en est bien sûr pas du tout question. C'est plutôt de possibilités représentatives héritées qu'il s'agit, de « préparations » que les expériences répétées dans la suite ancestrale ont peu à peu organisées.

Mais comme il vient au monde avec un cerveau d'homme, tôt ou tard, ce cerveau se mettra à fonctionner sur le mode humain ; il commencera même au point où se trouvaient les plus récents de ses ancêtres. Naturellement l'enfant n'en a pas la moindre conscience. D'abord les instincts seuls deviennent conscients et ce qui s'oppose à eux. Or cette opposition vient en premier lieu des parents visibles. C'est pourquoi l'enfant n'a encore nulle idée qu'il puisse y avoir en lui-même un obstacle. A tort ou raison, il projette ces obstacles sur ses parents. Ce préjugé infantile est si fortement ancré que nous autres, médecins, nous avons souvent les plus grandes difficultés à faire entrer dans la conscience de nos malades que le méchant père qui interdit tout n'est pas tant en dehors que bien plutôt en dedans d'eux-mêmes. Tout ce qui agit à partir de l'inconscient apparaît projeté sur autrui : ce qui ne veut pas dire qu'autrui n'en porte aucune responsabilité ; car la plus méchante des projections est au moins suspendue à un petit quelque chose, si peu que ce soit, et ce quelque chose vient d'autrui.

Bien que la masse héritée soit faite de dispositions physiologiques, ce furent pourtant des processus mentaux de la lignée ancestrale qui créèrent ces arrangements. Si l'individu prend conscience de ces engrammes, il ne peut le faire que sous la forme de processus mentaux ; et s'ils ne peuvent parvenir à la conscience qu'à travers l'expérience individuelle, prenant ainsi l'apparence d'acquisitions de l'individu, ils n'en sont pas moins des dispositions préexistantes que l'expérience individuelle a simplement « remplies. » Sans doute chaque expérience « marquante » est-elle une irruption de ce genre dans un lit ancien, resté jusqu'alors inconscient.

Les voies préexistantes déjà frayées sont de dures réalités, aussi indéniables que la réalité historique de l'homme partant du trou-abri pour arriver à construire une ville. Cette évolution, c'est évident, n'a été possible que par l'établissement de communautés qui à leur tour, n'ont pu se produire que grâce aux restrictions imposées à l 'instinct. La restriction de l'instinct par des processus mentaux se réalise chez l'individu avec la même force et le même succès que dans l'histoire des peuples. La restriction des instincts est un processus normatif ou, plus exactement, nomothétique, dont la violence provient de la réalité inconsciente des dispositions héritées, des sédimentations des processus mentaux et spirituels de la lignée ancestrale. L'esprit, principe actif de la masse héritée, est fait de la somme des esprits des ancêtres, pères invisibles, dont l'autorité vient au monde en même temps que l'enfant. La notion philosophique d'esprit n'a pas même pu libérer encore son terme linguistique des liens écrasants qui l'identifient à une autre conception de l'esprit, le fantôme. Par contre, l'intuition religieuse a réussi à dépasser cette entrave linguistique qui la relie aux esprits en P.79 appelant Dieu cette autorité spirituelle. Au cours des millénaires, cette intuition s'est développée pour devenir l'expression du principe spirituel qui se dresse contre l'instinctivité pure et simple et veut l'entraver.

Bienvenu sur notre première application nommé Eros.
Le module Eros est une bonne solution de remplacement à nos gribouillis parfois même de couleur fluo ou rouge dans nos livres qui pourtant nous sont si chère, les rendant ainsi peux partageable.
D'expérience, reformater mes notes sous forme écrite m'est bien plus porteur que de lire et même rechercher le livre ou j'y ai souligné ce que je cherche, celui-ci bien rangé « quelque part ». D'autant qu'il existe pléthore de crayon scanner qui font cela très bien pour nous.


Cette application a été développée en Oxygene pour dot net 4.0 en tant que module de NorpaNetl sous l'excellente base de données FirebirdSQL 2.5.2 par Tetrasys


Eros  est, actuellement, en lecture seul. Dans les futurs évolutions, les utilisateurs authentifié sur adhes.net pourront y partager (s'ils le désir) eux-mêmes leur notes. En attendant, il vous est toujours possible de me faire parvenir votre matériel sous format Excel ou autre, je me ferai un plaisir de les y encoder.