Terme à rechercher
Page 53 de 87 << < 30 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 > >>

TETE BRANLANTE:

Le conte nous présente donc une conjoncture classique, celle où le principe de la conscience collective, parvenu à une impasse, n'est plus capable de diriger ni de fonctionner correctement ; il est perdu dans la forêt, c'est-à-dire dans les profondeurs de l'inconscient. Le roi, le moi conscient, ne peut sortir de là seul. La présence de la vieille femme à la tête branlante peut faire supposer qu'il a été victime d'un ensorcellement qui l'a amené à se perdre. Cette vieille se révèle être un aspect maléfique de la Grande Mère. Car elle est l'instigatrice du sort infligé aux cygnes. .

Le branlement mécanique de la tête est souvent un attribut des personnages diaboliques.

Il existe les contes de fées où l'héroïne pénètre dans la chambre interdite où elle découvre un squelette branlant du chef. .. une version de ce thème où l'héroïne, pénétrant dans la chambre interdite, y rencontre une figure de la Grande Mère appelée Maria la Maudite ; assise sur une balançoire de feu. L'idée archétypique selon laquelle les démons sont animés d'un mouvement de balancement mécanique, expression de leur condition de non-racheté se trouve exprimée dans de nombreuses descriptions des enfers : Sisyphe doit éternellement rouler le même rocher vers le haut de la montagne, et les Danaïdes sont condamnées à remplir un tonneau percé, tandis que Tantale s'efforce sans cesse d'atteindre les fruits et l'eau qui apaiseraient sa faim et sa soif. Il existe un rythme éternel de l'absurde, un carrousel incessant du non-sens, qui mène à proximité du but sans jamais permettre de l'atteindre, et qui est l'essence même de la torture morale. Aussi la mythologie l'attribue-t-elle aux démons et aux êtres maudits.

En psychologie, ce thème apparaît dans des cas d'obsession et aussi de psychose, ainsi que dans les matériaux oniriques. La torture qu'il comporte est une épreuve même pour le témoin extérieur : c'est la répétition de phases positives où des éléments constructifs apparaissent, où le sujet semble aller mieux, où on a l'impression que le mouvement va vers la vie - un débutant naïf pourrait même croire que son patient est guéri. Mais, au moment décisif, tout s'effondre, car le moi est trop faible pour assimiler ce mouvement ; car flux et reflux, phase constructive et décomposition se succèdent. Il arrive que cette alternance elle-même cesse et que le patient devienne muet et comme stupide et se pétrifie ; aucun processus intérieur ne semble plus se poursuivre ni être capable d'émerger. Dans la mythologie, cet état est imputé au côté obscur de la divinité : c'est le châtiment, le séjour en enfer que les dieux infligent aux âmes égarées. La déesse-mère elle-même est parfois représentée ainsi. Ce mouvement absurde confère à la vieille femme du conte son caractère diabolique. .

Bienvenu sur notre première application nommé Eros.
Le module Eros est une bonne solution de remplacement à nos gribouillis parfois même de couleur fluo ou rouge dans nos livres qui pourtant nous sont si chère, les rendant ainsi peux partageable.
D'expérience, reformater mes notes sous forme écrite m'est bien plus porteur que de lire et même rechercher le livre ou j'y ai souligné ce que je cherche, celui-ci bien rangé « quelque part ». D'autant qu'il existe pléthore de crayon scanner qui font cela très bien pour nous.


Cette application a été développée en Oxygene pour dot net 4.0 en tant que module de NorpaNetl sous l'excellente base de données FirebirdSQL 2.5.2 par Tetrasys


Eros  est, actuellement, en lecture seul. Dans les futurs évolutions, les utilisateurs authentifié sur adhes.net pourront y partager (s'ils le désir) eux-mêmes leur notes. En attendant, il vous est toujours possible de me faire parvenir votre matériel sous format Excel ou autre, je me ferai un plaisir de les y encoder.