Terme à rechercher
Page 62 de 87 << < 30 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 > >>

L'INJUSICE ET LA SOUFFRANCE, sens et non sens

28 juin 1956

. Une conception purement causale n'est valable que dans le domaine des processus purement physiques ou anorganiques. Dans la sphère biologique, c'est à la perspective finaliste que revient l'importance majeure, et de même dans le domaine psychologique, où la réponse ne prend tout son sens que si elle explique le « pour quoi faire ? ». Aussi n'a-t-on aucun intérêt à s'accrocher aux causes, car on n'y peut rien changer. Il est bien plus judicieux de savoir quoi faire des conséquences, autrement dit quelle position on a ou devrait avoir en face d'elles. Mais alors une question se pose aussitôt : ce qui s'est passé a-t-il un sens ? Une intention occulte du destin, en d'autres termes une volonté divine, a-t-elle joué ou n'y avait-il là qu'un « hasard » mauvais ? Si Dieu avait l'intention de vous éprouver, pourquoi fallait-il qu'un enfant innocent en souffre ? Avec cette question, on touche un problème qui a déjà trouvé une réponse claire dans le Livre de Job. C'est seulement à partir de l'Incarnation que l'amoralité de Jahvé, en d'autres termes son injustice notoire, se change en l'exclusive bonté de Dieu. Cette transformation est liée à son entrée dans la condition humaine et ne se produit en conséquence que dans la mesure où elle est réalisée par l'accomplissement conscient de la volonté divine dans l'homme. Là où cette condition fait défaut, on voit se révéler non seulement l'amoralité du Créateur mais aussi son inconscience, c'est-à-dire que le bien et le mal adviennent hors toute réflexion, ou en d'autres termes qu'il n'y a ni bien ni mal mais seulement un advenir indifférent, cela donc que les bouddhistes appellent la chaîne des nidana, les enchaînements ininterrompus de la causalité qui mènent à la souffrance, à la vieillesse, à la maladie et à la mort. L'intuition du Bouddha d'une part, l'Incarnation dans le Christ d'autre part rompent la chaîne par l'intervention de la conscience humaine iIluminée, qui accède ainsi à un rôle métaphysique et cosmique.

A la lumière de cette vérité reconnue, le hasard mauvais se transforme en l'événement même qui, s'il est vraiment pris à cour, donne lieu à l'intuition qui éclaire d'une part les imperfections inexorables et cruelles de la création, et d'autre part le mystère de l'Incarnation. L'événement devient par là cette «feIix culpa» dont Adam s'est chargé par sa désobéissance. La souffrance, comme le dit Maître Eckhart, est « le coursier le plus rapide qui vous conduit à la perfection ». Le salut par une conscience plus haute est la réponse suffisante à la souffrance qui sinon resterait dépourvue de sens et donc insupportable. Par la révélation dans l'homme de la volonté bonne de Dieu, la souffrance de la création laissée imparfaite peut être non pas certes supprimée, mais du moins adoucie et chargée d'un sens. . P.447

Bienvenu sur notre première application nommé Eros.
Le module Eros est une bonne solution de remplacement à nos gribouillis parfois même de couleur fluo ou rouge dans nos livres qui pourtant nous sont si chère, les rendant ainsi peux partageable.
D'expérience, reformater mes notes sous forme écrite m'est bien plus porteur que de lire et même rechercher le livre ou j'y ai souligné ce que je cherche, celui-ci bien rangé « quelque part ». D'autant qu'il existe pléthore de crayon scanner qui font cela très bien pour nous.


Cette application a été développée en Oxygene pour dot net 4.0 en tant que module de NorpaNetl sous l'excellente base de données FirebirdSQL 2.5.2 par Tetrasys


Eros  est, actuellement, en lecture seul. Dans les futurs évolutions, les utilisateurs authentifié sur adhes.net pourront y partager (s'ils le désir) eux-mêmes leur notes. En attendant, il vous est toujours possible de me faire parvenir votre matériel sous format Excel ou autre, je me ferai un plaisir de les y encoder.