Terme à rechercher
Page 83 de 87 << < 30 60 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 > >>

« La machine psychologique transformatrice d'énergie est le symbole P69 »

"...Nous avons donc toute raison d'apprécier la formation de symboles et d'accorder à ces derniers notre estime, parce que ce sont des moyens inappréciables qui nous permettent d'utiliser pour un rendement effectif le cours uniquement instinctuel du processus énergétique. » (cf. lien au magique) ...

Et ce n'est que dans le cas où le symbole offre plus de pente que l'état « naturel » qu'il est possible de faire passer la libido dans d'autres formes.

Le fait que le symbole rende possible cette diversion prouve que toute la libido ne se bloque pas en une forme fidèle aux lois de la nature qui commande son cours régulier, mais qu'un certain quantum d'énergie subsiste que l'on pourrait appeler excédent de libido.P.71

Jung a « donné au symbole qui transforme l'énergie le nom de parabole de la libido, entendant par là des représentations propres à traduire la libido par des équivalences et à la conduire ainsi vers une forme autre que la primitive. »

Il écrit aussi « Jamais les symboles ne furent inventés consciemment ; au contraire, ils furent produits par l'inconscient, par la voie dite de la révélation ou de l'intuition. » Et « . l'esprit tend à réprimer la formation individuelle de symboles »

L'homme a été libéré de ces angoisses insensées par la formation progressive de symboles, qui l'a peu à peu conduit à la civilisation.

l'âme primitive ; elle est soumise à des « puissances » surnaturelles : instincts, affects, superstitions, imaginations, magiciens, sorcières, esprits, démons ou dieux. La réduction ramène à la situation de soumission propre au primitif, à laquelle l'homme civilisé espère avoir échappé. De même, comme la réduction fait connaître à l'homme sa soumission à des « puissances » et lui pose un problème presque

Dans notre travail pratique avec nos malades, nous nous heurtons à chaque pas à des formations de symboles de ce genre qui visent à la transformation de la libido. Au début traitement, nous trouvons à l'ouvre des formations de symboles dont l'inopportunité apparaît en ce qu'elles présentent une pente trop faible, de sorte que la libido ne peut s'écouler par les activités effectives, mais se disperse inconsciemment par des voies anciennes, c'est-à-dire dans des fantaisies archaïques-sexuelles et des activités imaginaires ; d'où il résulte que le malade est en désaccord avec lui-même, donc névrosé. Dans ce cas, naturellement, l'analyse est indiquée, du moins la méthode psychanalytique réductive inaugurée par Freud, qui détruit toutes les formations de symboles insuffisantes et les réduit aux éléments naturels.

Mais l'homme ne se déclare pas et ne peut jamais se déclarer satisfait du cours naturel des choses, puisqu'il possède toujours un excédent d'énergie auquel peut s'offrir une pente plus favorable que la pente naturelle

C'est pourquoi nous en somme arrivés à la conviction qu'une fois réduit ce qui est inopportun une fois rétabli le cours naturel des choses et donnée ainsi la possibilité de vivre naturellement, il ne faut pas continuer la réduction, mais plutôt soutenir synthétiquement la formation de symboles, afin de provoquer une pente plus favorable pour l'excédent.

L 'homme a été libéré de ces angoisses insensées par la formation progressive de symboles, qui l'a peu à peu conduit à la civilisation.

l'âme primitive ; elle est soumise à des « puissances » surnaturelles : instincts, affects, superstitions, imaginations, magiciens, sorcières, esprits, démons ou dieux. La réduction ramène à la situation de soumission propre au primitif, à laquelle l'homme civilisé espère avoir échappé. De même, comme la réduction fait connaître à l'homme sa soumission à des « puissances » et lui pose un problème presque

dangereux En face des puissances qui le dominent très réellement, il ne peut trouver protection et secours que dans un fait d'une aussi forte réalité ; ce n'est pas P.75 une pensée systématique, mais seule une expérience immédiate qui peut faire équilibre à la force aveugle des instincts.

(L'allégorie est une paraphrase d'un contenu conscient. Le symbole par

contre, est la meilleure expression possible d'un contenu inconscient seulement pressenti, mais non encore reconnu.)

Bienvenu sur notre première application nommé Eros.
Le module Eros est une bonne solution de remplacement à nos gribouillis parfois même de couleur fluo ou rouge dans nos livres qui pourtant nous sont si chère, les rendant ainsi peux partageable.
D'expérience, reformater mes notes sous forme écrite m'est bien plus porteur que de lire et même rechercher le livre ou j'y ai souligné ce que je cherche, celui-ci bien rangé « quelque part ». D'autant qu'il existe pléthore de crayon scanner qui font cela très bien pour nous.


Cette application a été développée en Oxygene pour dot net 4.0 en tant que module de NorpaNetl sous l'excellente base de données FirebirdSQL 2.5.2 par Tetrasys


Eros  est, actuellement, en lecture seul. Dans les futurs évolutions, les utilisateurs authentifié sur adhes.net pourront y partager (s'ils le désir) eux-mêmes leur notes. En attendant, il vous est toujours possible de me faire parvenir votre matériel sous format Excel ou autre, je me ferai un plaisir de les y encoder.