Terme à rechercher
Page 53 de 87 << < 30 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 > >>

LA HAINE

La division et la discrimination nous permettent de devenir une personnalité, un moi, et comportent également une dimension de haine.

La haine est la force qui divise, la chose qui sépare.

C'est ce qui se produit lorsque deux personnes tombent amoureuses ; au commencement, elles sont presque identiques. Et comme la participation mystique est si forte, elles ont besoin de haine pour se séparer. Et quelque temps après, tout cela se transforme effectivement en haine sauvage ; elles manifestent des résistances l'une envers l'autre afin de s'obliger mutuellement à lâcher prise - sans quoi elles demeureraient dans une commune inconscience, ce qu'elles ne pourraient tout simplement pas supporter.

On observe la même chose en analyse: dans le cas d'un transfert excessif, des résistances analogues surgissent au bout de quelque temps. Ce qui témoigne également d'une certaine haine.

Les anciens Grecs parlaient de Phobos, la peur, au lieu de la haine. En fait, Phobos sépare plus que la haine, car la peur nous fait fuir, nous pousse à quitter l'endroit du danger.

Avec la haine, un lien est maintenu, si on en croit cette légende orientale : « Pour atteindre le salut final, celui qui aime Dieu a-t-il besoin de plus ou de moins d'incarnations que celui qui Le hait ? » . « Celui qui aime Dieu a besoin de sept incarnations pour devenir parfait et celui qui Le hait de trois seulement, car il pensera à Lui à coup sûr et s'y accrochera bien plus que celui qui L'aime. »

Ainsi, d'une certaine manière, la haine forme un ciment terrible.

Aussi, pour nous, la formulation grecque de Phobos, en tant que principe de séparation, est peut-être plus pertinente que celle de la haine. II y a eu, et il y a toujours, plus de participation mystique en Inde qu'en Grèce, et l'Occident possède assurément une pensée plus séparatrice que celle de l'Orient.

De ce fait, puisque notre civilisation dépend en grande partie du génie grec, il serait préférable de parler de peur plutôt que de haine.

Et la formulation grecque de Phobos, en tant que principe de séparation, est peut-être plus pertinente que celle de la haine.

"L' état de haine étant une condition nécessaire à la construction de l'individualité, comment peut-elle être déracinée ? »

Il est important d'opérer une distinction entre deux aspects : le premier désigne simplement les choses telles que nous les voyons. Le second, en revanche, indique ce que nous conjecturons à leur sujet, ou bien les abstractions ou conclusions philosophiques que nous tirons des faits observés.

Dans le premier aspect, la pulsion, visant à être un sujet au regard d'un objet, est mêlée de haine. Mais, dans le second aspect, cette même pulsion n'est autre que la faculté de devenir une personnalité.

Lorsqu'on rencontre des personnes qui font des efforts pour s'affirmer, pour être des moi et qui, en conséquence, résistent les unes aux autres et se haïssent, on peut ne discerner chez elles que le premier aspect et ne percevoir alors que la haine.

Toutefois, si l'on avance d'un pas, on comprend soudain que cette forme de haine insensée, que toutes ces résistances personnelles, ne constituent que la dimension extérieure de phénomènes profonds et essentiels: devenir soi.

Voici un cas concret : un homme se plaint d'être toujours en mauvais termes avec sa femme ou avec les êtres qu'il aime : scènes terribles, résistances, etc. En fait, comme il a vécu en participation mystique avec ceux qu'il aime, il s'est comme répandu sur les autres jusqu'à leur devenir identique; ce qui représente une violation du principe d'individualité. Alors, naturellement, ils opposent des résistances afin de se maintenir à distance.

« Vous aimez quelqlqu'un, vous vous y identifiez et bien évidemment vous dominez l'objet de votre amour, vous le refoulez par votre identité trop évidente. Vous le manipulez comme s'il était vous-même, et cela provoque naturellement des résistances. C'est une violation de son individualité, et un péché contre votre propre individualité. Ces résistances forment en réalité un instinct des plus utiles et des plus précieux. Si vous vivez ces résistances, ces scènes et ces déceptions, c'est afin de pouvoir devenir conscient de vous-même au bout du compte. Alors, il n'y a plus de haine. »

Si quelqu'un comprend cela parfaitement, il l'acceptera et ne s'en inquiétera plus.

En d'autres termes, il saura que lorsqu'il aimera, bientôt il haïra. C'est pourquoi il rira en montant et pleurera en descendant, comme Till l'Espiègle.

Il comprendra le paradoxe de la vie - qui veut que nul ne saurait être parfait, ni toujours en accord avec lui-même.

Certes, nous souhaiterions être un, et vivre des situations absolument limpides. Mais la chose est parfaitement impossible -bien trop unilatérale, et nous ne sommes pas unilatéraux.

Le processus analytique déracine la haine à sa base en expliquant l'aspect relatif au plan de la compréhension, de l'abstraction, de la théorie et de la sagesse. Ainsi l'on apprend que ce qui apparaît, par exemple, comme une regrettable habitude, une humeur impossible ou quelque inexplicable désagrément au premier regard, désigne quelque chose de tout à fait différent à un regard plus profond.

Bienvenu sur notre première application nommé Eros.
Le module Eros est une bonne solution de remplacement à nos gribouillis parfois même de couleur fluo ou rouge dans nos livres qui pourtant nous sont si chère, les rendant ainsi peux partageable.
D'expérience, reformater mes notes sous forme écrite m'est bien plus porteur que de lire et même rechercher le livre ou j'y ai souligné ce que je cherche, celui-ci bien rangé « quelque part ». D'autant qu'il existe pléthore de crayon scanner qui font cela très bien pour nous.


Cette application a été développée en Oxygene pour dot net 4.0 en tant que module de NorpaNetl sous l'excellente base de données FirebirdSQL 2.5.2 par Tetrasys


Eros  est, actuellement, en lecture seul. Dans les futurs évolutions, les utilisateurs authentifié sur adhes.net pourront y partager (s'ils le désir) eux-mêmes leur notes. En attendant, il vous est toujours possible de me faire parvenir votre matériel sous format Excel ou autre, je me ferai un plaisir de les y encoder.